Vous êtes ici : Accueil » Lectures-écritures » Let’s talk together ! » 2010 » Là-haut

Là-haut

UP en VO

D 16 août 2009     H 21:05     A Annie Lesca, Joana     C 0 messages


Une première demi-heure presque silencieuse exceptionnelle

Des anti-héros

Après Harry Potter le binoclard, deux losers,

  • le gamin introverti accroché à son ballon et à ses rêves,
  • et puis le scout rondouillard à la poursuite de sa BA.
JPEG - 3.4 ko
Un loser tombe amoureux

Une première demi-heure pour se réconcilier avec tous les renoncements de la vie. Faire le vide pour pouvoir repartir, est-ce une infidélité ? se demande le spectateur en regardant le vieil homme jeter tous les meubles et les souvenirs patiemment emmagasinés, afin de lester sa montgolfière improvisée.

JPEG - 143.9 ko
Bien plus qu’une maison

"Là-haut" parle surtout des misères banales mais majeures de la vie, qui conduit un petit garçon qui rêve d’aventures à finir misérablement sa vie, seul et fauché, dans une baraque poussiéreuse menacée par des promoteurs immobiliers.

A cet égard, la première demi-heure du film, extraordinairement mélancolique, montre, dans un long flash-back sans dialogue, le petit garçon devenu grand et sa femme qui affrontent tous les renoncements de la vie :

  • l’impossibilité d’avoir un enfant,
  • la modestie de leur existence qui érode doucement mais sûrement les rêves de voyages exotiques,
  • la vieillesse qui s’installe puis, enfin,
  • la mort de la femme le laissant seul avec de pauvres souvenirs et des rhumatismes carabinés...

des monts et vermeil

les cruautés intolérables d’une vie ordinaire : deux infirmiers en bleu pâle, d’une maison de retraite viennent récupérer le vieillard après son passage en justice

  • par devant : "Mais oui monsieur, nous comprenons !"
  • par derrière : "Il a encore besoin d’aller uriner deux ou trois fois avant de partir !"

Le titre français joue avec la métaphore de "là-haut" de l’après-vie ... Le titre anglais "UP", c’est plutôt "Envole-toi !".

JPEG - 18.5 ko
Là-haut les nuages prennent la forme de leurs rêves

Comme fredonnerait Léo Ferré, c’est extra : Et l’on se dit que ça ne s’était pas vu depuis belle lurette, depuis un certain âge d’or, un studio de cinéma accompagnant ses avancées technologiques d’une esthétique et d’un esprit bien déterminés.

JPEG - 14.8 ko
L’image dans l’image dans l’image
après avoir asseptisé et "chaussé" les lunettes 3D

Posters for UP, by Eric TAN

- dogs

- the villain

- that house can fly

The Pixar process

the Pixar process in 14 steps

Dans la même rubrique

20 août 2010 – Talk versus gossip

19 août 2010 – Deep into Alice’s burrow

15 août 2010 – Little boys’ & girls’ alphabet

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?